Automation et avenir du travail (1977)

Entre les lignes entre les mots

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

naville_auto3Dans Vers l’automatisation de la société ? (1963), Pierre Naville indiquait que la productivité s’élevait prodigieusement avec l’automation selon un coefficient multiplicateur moyen de 12 à 20 avec des pointes à 50, 80 ou même 100 dans des ateliers spécifiques. Il dégageait ainsi des perspectives plus larges que la nécessaire réduction du temps de travail à 35 heures. Le rapport au temps de travail changeait : « De nouveaux horaires de travail s’échelonnent par roulement, se logent à des moments variables de la journée et de la semaine. » Avec l’automation et la réduction massive du temps de travail, devenaient possibles le développement de « formes nouvelles » de la « vie en société », de « relations entre sexes » : « Les individus doivent devenir les véritables souverains du système de fabrication. » L’occasion d’une véritable avancée d’une exigence d’autogestion généralisée n’a pas été saisie, malgré Mai 68… Cet entretien, réalisé par Jean-Marie Vincent1 en 1977…

View original post 3,543 more words

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s