Des associations demandent la suspension du règlement Dublin III

Passeurs d'hospitalités

La situation calaisienne est une illustration des absurdités que génère l’application du règlement européen Dublin III, qui sert à déterminer le pays responsable d’examiner une demande d’asile, absurdités, contradictions et disparités sur lesquelles se fondent des associations membres de la Coordination Français pour le Droit d’Asile (CFDA) pour demander sa suspension.

L’exemple classique est celui des demandeur-se-s d’asile qui attendent dans le bidonville les six mois au terme desquels la France devient responsable de leur demande d’asile si elle ne les a pas expulsé-e-s entre-temps vers le pays responsable selon Dublin III.

La mise en place improvisée des “centres de répit” (voir ici et ) a créé une situation totalement disparate et contradictoire. D’un côté, les préfets ont reçu par deux circulaires successives (voir ici et ) l’instruction d’appliquer les décisions de renvoi vers le pays responsable de la demande d’asile selon Dublin III. De l’autre, les associations…

View original post 1,017 more words

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s